- Culture

Commémoration de l’abolition de l’esclavage et de la traite

Monument de l'abolition de l'esclavage situé avenue de Saint-Hubert à Saint-Nazaire - © Bruno Bouvry - Agrandir l'image, .JPG 124Ko (fenêtre modale)
Monument de l'abolition de l'esclavage situé avenue de Saint-Hubert à Saint-Nazaire - © Bruno Bouvry

Le 10 mai, la Ville de Saint-Nazaire commémore le souvenir de l’esclavage et de son abolition.

L’esclavage fut aboli sous la Première République dans les colonies françaises. Rétabli par le Consulat, il ne fut définitivement aboli que par la Deuxième République, le 27 avril 1848. Forte de sa tradition républicaine, la France a été le premier pays au monde à reconnaître l’esclavage comme crime contre l’humanité et à l’inscrire dans sa loi, votée définitivement le 10 mai 2001.
En référence à la date du vote définitif de la loi, le 10 mai a été déclaré journée officielle de commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions.

Le 10 mai 2020, une cérémonie commémorative devait se tenir devant la sculpture de Jean-Claude Mayo et devant l’estuaire de la Loire qui a vu passer tant de bateaux négriers. Compte-tenu du contexte sanitaire actuel, cette cérémonie est annulée.

La Ville de Saint-Nazaire souhaite néanmoins commémorer la mémoire de l’abolition de la traite et de l’esclavage. La collectivité veut ainsi rappeler les nouvelles cultures, les courants artistiques majeurs qui sont nés de l’effroyable histoire de la traite négrière et surtout rendre hommage à toutes les victimes de l’esclavage dans le monde, hier et aujourd’hui.