- Social

Dispositif hivernal : renfort des mesures sociales au plus près des personnes en errance

Agrandir l'image, .JPG 58Ko (fenêtre modale)

Comme chaque année entre les 1er novembre et 31 mars, des moyens spécifiques d'accompagnement aux personnes en errance peuvent être mobilisés sur demande de la Préfecture. Panorama des moyens et des acteurs spécifiques à Saint-Nazaire.  

Différentes mesures et actions peuvent être sollicitées par la Préfecture pendant la période hivernale, notamment en fonction des conditions météorologiques. Il s'agit de répondre aux situations d'urgence sociale en faveur des personnes en errance. Leur mise en ?uvre est assurée  par la direction régionale de Météo France et l'Agence Régionale de Santé sous l'autorité des Préfets de département et de région.  

A Saint-Nazaire, le CCAS de la Ville a confié à l'association Anef-Ferrer la coordination des différents acteurs et la mobilisation des moyens. Dans ce cadre, elle travaille avec les associations nazairiennes de l'ADPC (Association Départementale de Protection Civile), la Croix Rouge, l'APUIS et l'ASC Le trait d'union, ainsi qu'avec le Centre hospitalier (PASS)

Un dispositif renforcé, coordonné par la Préfecture
En raison des prévisions météorologiques prévoyant des températures négatives pendant plusieurs jours et de l'activité soutenue du 115, les mesures sociales du dispositif hivernal sont renforcées, tout en restant dans le niveau inchangé de veille saisonnière. Ce renfort se traduit par la mise en ?uvre de dispositions spécifiques depuis le lundi 16 janvier 2017 au soir et jusqu'à nouvel ordre.

Ces mesures spécifiques visent à mobiliser de capacités d'hébergement supplémentaires et à financer si nécessaire des nuitées d'hôtel pour la mise à l'abri. Elle se traduise sur le territoire nazairien par :

-    L'ouverture de places supplémentaires au foyer Blanchy
-    L'activation d'une maraude nocturne  de la Protection Civile.



La maraude : coordonner et bien orienter

Les équipes de maraude sont présentes en centre-ville, à pied, à vélo, en voiture, suivant un parcours prédéfini ou sur signalement. Elles vont à la rencontre des personnes en situation de vulnérabilité qui vivent dans l'espace public ou dans un tout autre lieu de vie précaire (squats, terrain, hangar?).
Dans la période hivernale, les maraudes peuvent être renforcées par l'intervention quotidienne de l'ADPC. En groupe de quatre personnes, elle intervient alors chaque soir de 19h30 à 23h.
Ces maraudes bénévoles de l'ADPC et de la Croix rouge proposent une soupe, fournie par la Ville de Saint-Nazaire, une boisson chaude? des couvertures, des kits hygiène et, via leurs secouristes, des premiers soins si nécessaire.
Les équipes de maraude vont au-devant des personnes pour établir un lien et nouer dans le temps une relation de confiance et de réciprocité. Le principe de libre-adhésion des personnes abordées constitue un prérequis essentiel : elles doivent rester libres et responsables des orientations et décisions les concernant.

  • Orienter vers le droit commun

L'équipe de maraude travaille à faire émerger une demande et oriente les personnes vers les services adaptés dans les domaines de l'accès aux droits, de l'hébergement, de la santé.... Elle ne se substitue pas aux dispositifs de droit commun mais se coordonne avec eux. Les équipes accompagnent ponctuellement, si nécessaire, les personnes dans certaines démarches (accompagnement vers l'hôpital, vers le service de tutelle?).

  • L'observatoire sanitaire et social

Les équipes de maraude, par leur spécificité pluri professionnelle, mettent en place des axes prioritaires de prévention basés sur l'observation et sur la demande des usagers.

  • L'accompagnement

Les équipes priorisent également les axes d'accompagnement pour chaque personne, régulièrement réévalués afin d'interroger les priorités et l'adhésion de chacun aux démarches proposées. Les situations d'urgence vitale ou psychiatrique sont identifiées par l'équipe de maraude, qui sollicite ensuite les moyens de secours adaptés.

La maraude professionnelle : sur le terrain toute l'annéeToute l'année, la maraude professionnelle a lieu chaque lundi de 14h à 17h (en cas de jour férié, la maraude est décalée au lendemain). Elle est constituée d'un professionnel d'Anef-ferrer et d'un professionnel d'Oppelia - la Rose des Vents, auxquels s'associent en alternance un professionnel de l'Equipe Mobile Psychiatrie Précarité  ou un médecin de la Permanence d'Accès aux soins de santé (PASS). La maraude professionnelle du lundi est complétée par l'intervention des bénévoles de la Croix rouge, qui interviennent le vendredi soir  à partir de 18h.
L'hébergement d'urgenceDeux dispositifs complémentaires pour agir toute l'année
Deux dispositifs permettent d'assurer des mises à l'abri uniquement sur signalement et orientation via le 115 (numéro gratuit disponible 7 jours / 7, 24 heures / 24). L'offre se décline en continu, toute l'année :

?    Au centre François-Blanchy, dont la gestion est assurée par délégation du CCAS à Anef Ferrer. Il dispose de 25 lits pour hommes isolés, en chambre individuelle. Une infirmière y est présente 1 matinée et 1 après-midi  par semaine. Une infirmière psychiatrique peut être mobilisée sur place.
Un espace douche est à la disposition des personnes en errance chaque jour de 9h à 10h. Un chenil accueille les chiens des hommes hébergés. Pendant la période hivernale, l'accueil au centre Blanchy peut, sur demande de la Préfecture, être assuré toute la journée sans interruption et sa capacité d'hébergement peut être renforcée en transformant les chambres individuelles en chambres doubles.
Centre Blanchy : ? 115

?    Au sein du dispositif hôtelier géré par l'APUIS en complément de l'offre du centre Blanchy, notamment à destination des femmes et des couples. La Ville de Saint-Nazaire, en partenariat avec les services de l'Etat, prend en charge le coût des nuitées et des petits déjeuners dans les hôtels ou appartements hôteliers mobilisés.



450 000 euros consacrés à l'hébergement d'urgence et à la maraude


L'effort financier total consacré par la Ville à l'hébergement d'urgence et la maraude est de 450 000 ? par an. Dont voici le détail :
- Convention avec le centre Blanchy : 330 000 ? (hors frais d'entretiens du bâtiment)
- Convention maraude : 35 000 ?,
- Dispositif hôtelier : 32 000 ?,
- Logements temporaires : 52 000 ?, sans compter le soutien à l'accueil de jour pour l'ASC.


Le rôle des différents acteurs

  • L'association Anef Ferrer met en ?uvre :

- La maraude hebdomadaire
- Le traitement des signalements en évaluant les situations, en intervenant sur place si besoin, en mobilisant les partenaires?
- L'Observatoire visant à localiser les squats, alerter sur les dangers potentiels, compter les personnes en errance, actualiser les statistiques (âge, problématiques, localisation?)
- La gestion d'une maison relais des actions dans le domaine du logement
- L'ouverture en mars 2016 de lits « halte soins santé », dispositif dédié aux personnes en errance dont l'état de santé n'est plus compatible avec la vie à la rue, sans pour autant nécessiter une hospitalisation. Pour mettre en place ce projet, Anef-Ferrer a reçu l'agrément et les financements de l'Agence Régionale de la Santé. Installée dans le quartier de Méan-Penhoët, cette structure médico-sociale propose 13 places pour femmes et hommes. Du personnel médical, (des infirmières et un médecin), y est présent quotidiennement, ainsi que des animateurs et une assistante sociale.

  • Oppelia - La Rose des vents, porteuse d'un CAARUD (centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques chez les usagers de drogues) elle est en charge :


- De l'accueil, l'information et le conseil personnalisé aux usagers de drogues- Du soutien dans l'accès aux soins : aide à l'hygiène, orientation vers le système de soins adapté, incitation au dépistage?
- Du soutien dans l'accès aux droits, au logement, à l'insertion ou la réinsertion professionnelle
- De la mise à disposition de matériel de prévention des infections
- De la mise en place d'une médiation sociale pour assurer une bonne intégration dans le quartier

  • L'équipe mobile « Psychiatrie et Précarité » du Centre hospitalier dont le dispositif ne se substitue pas aux missions des secteurs de psychiatrie mais travaille avec l'ensemble des équipes pluridisciplinaires. Il s'adresse à toute personne en situation de grande précarité ou d'exclusion sociale. L'équipe se charge de :

- Promouvoir le domaine de la santé mentale
- Favoriser l'accès à des soins permanents
- Former les partenaires au diagnostic des troubles, au décodage des demandes et à l'accompagnement
- Entreprendre des partenariats entre services de soins, services sociaux ou toute initiative visant à restaurer la place de la personne dans la société.

  • La permenance PASS (Permanence d'accès aux soins de santé) du Centre hospitalier s'adresse aux patients en situation de précarité sanitaire et sociale pour :

- Les informer sur l'hygiène, les risques cardio-vasculaires ou infectieux?
- Les informer sur les dispositifs sociaux comme la Couverture Médicale Universelle, l'Aide Médicale de l'Etat?
- Les soutenir et les accompagner vers des consultations médico-sociales ou hospitalières spécialisées
- Leur faciliter l'accès au traitement, par la délivrance gratuite de médicaments par la pharmacie hospitalière,
- Mettre en ?uvre des actions de prévention sur des thématiques d'actualité