Le projet de port de plaisance à Saint-Nazaire abandonné du fait de son coût trop élevé

Une préfiguration du Port de plaisance. Crédit : Studio Appelle moi papa - Agrandir l'image, .JPG 122Ko (fenêtre modale)

David Samzun, le maire de Saint-Nazaire, a annoncé mardi 10 septembre l’abandon du projet de port de plaisance près de la base sous-marine. Une décision motivée par les résultats finalisés des études sur la nature des sous-sols. 

Ces sondages sur le site des anciens frigos Stef ont permis de démontrer trois contraintes majeures. Ils ont révélé une pollution plus importante que prévue initialement, principalement due aux hydrocarbures. Par ailleurs, ils ont révélé que la roche dure était plus profonde que prévu, nécessitant désormais de réaliser des structures de quais plus conséquentes et de creuser 20 000 m3 supplémentaires. Une intervention particulièrement lourde dans cet environnement complexe : à la fois urbain et humide. Enfin, ils ont montré le niveau d’humidité très élevé des terres à enlever.

La conjonction de ces contraintes a amené le bureau d’études techniques à retenir un nouveau mode de réalisation du projet, incluant une augmentation notable des coûts de déshydratation, d’évacuation des terres, de traitement de l’eau, de construction des quais et de cadence des travaux. 

La première analyse technique chiffrait le projet à environ 15M€, ce montant a dû être réévalué à 33,8 M€, hors aménagements des espaces publics et de la capitainerie.

Sachant que les études commerciales attestent bien du potentiel de Saint-Nazaire en tant que place nautique au sein de la façade atlantique et au cœur des réflexions sur les nouveaux usages des plaisanciers, les réflexions vont donc se poursuivre avec le Grand Port Nantes Saint-Nazaire pour imaginer ensemble les manières de faire avancer cette ambition du nautisme à Saint-Nazaire.

Des études préalables utiles pour l’avenir du site

Les études qui ont conduit à l’estimation du coût de travaux à réaliser sur l’ilot Stef et à l’abandon du projet sont estimées à 149 500 € HT. Ce montant inclus 77 575 € consacrés aux sondages détaillés et aux diagnostics techniques (pyrotechnie, géotechnique, pollution). Ils ont permis d’avoir une meilleure connaissance du sous-sol de l’ilot Stef et seront donc utiles pour envisager le nouvel avenir de ce site. Les 71 925 € restants, correspondent aux études spécifiques nécessaires à l’établissement du programme, du plan-masse, à la définition des méthodes constructives ainsi qu’au chiffrage du coût d’opération prévisionnel.

Une réflexion à poursuivre sur ce site dans le cadre de « Saint-Nazaire, une ambition maritime et littorale ».

Le site des anciens frigos Stef est un site d’exception. Il fait partie d’une série de grandes pépites de Saint-Nazaire, d’espaces urbains ou naturels qui constituent le patrimoine commun des nazairiens et qui ont donc été identifiées dans la démarche « Saint-Nazaire, une ambition maritime et littorale ».
Dans ce cadre, le prochain conseil municipal aura à se prononcer sur la création d’une commission extra-municipale chargée de réfléchir au devenir de ces grands sites : le Petit Maroc, les anciens frigos Stef, le Bois Joalland, le Camp de la Torpille et le Fort de l’Eve. Elle sera composée d’élu.es de la majorité et de l’opposition, d’habitant.es, d’associations locales. Sa composition détaillée sera soumise au vote du conseil municipal le 27 septembre 2019.