- presse-communiques

Saint-Nazaire : l'art va irriguer l'espace public

En juin 2017, le Conseil municipal a adopté une délibération cadre fixant les grandes orientations de sa politique culturelle jusqu’en 2024. Elaborée à l’issue d’une large concertation avec les habitant.e.s, les associations et les acteurs culturels, elle formalise sa volonté de faire émerger un nouveau souffle culturel pour Saint-Nazaire, d’y développer un nouvel imaginaire, d’accueillir et d’accompagner l’implantation, la formation d’artistes, de créatifs, de collectifs sur le territoire et enfin d’affirmer la place et le rôle de la ville dans le champ culturel. 
La Ville de Saint-Nazaire souhaite particulièrement développer la présence de l’art dans l’espace public en fixant une stratégie d’implantation de nouvelles œuvres et en les valorisant sous la forme d’un parcours culturel et touristique. 
Cette volonté a fait l’objet d’une étude approfondie qui aboutit aujourd’hui à une stratégie originale dont les premières réalisations seront visibles dans les semaines à venir. Au-delà des œuvres elles-mêmes, cette stratégie a vocation à dépasser largement le champ culturel pour s’inscrire dans toutes les politiques de la Ville.
 

L’art dans l’espace public : Saint-Nazaire a mené l’enquête 

Saint Nazaire ne part pas de zéro en termes d’art dans l’espace public. Suite de triangles de Felice Varini, les Jardins du Tiers Paysage de Gilles Clément, Les Javelots de Peter Logan, La Sirène de Frederica Matta, les fresques réalisées dans le cadre du Festival Les Escales, donnent une identité forte à la ville et participent à son attractivité. Saint-Nazaire dispose également d’équipements exceptionnels dont : le Grand Café, le LIFE, ainsi que l’Ecole d’Art Nantes-Saint-Nazaire qui ouvrira une classe prépa internationale en août prochain.  
Avec la délibération cadre adoptée en juin 2017, la Ville de Saint-Nazaire s’engageait à développer la présence de l’art dans son espace public. Avant de mettre en œuvre cette volonté, la collectivité a souhaité confier un travail d’analyse et de prospection à Cuesta, une agence spécialisée dans la conception et la production de projets artistiques et culturels. Sa mission : accompagner la Ville dans la définition et la mise en œuvre de sa stratégie en matière d’art public. Cette démarche a permis d’associer les différents acteurs de la ville et de l’agglomération : acteurs culturels, artistes, techniciens des services de l’urbanisme, du tourisme, de la politique de la ville, du développement économique, ainsi que les élus.  
 

A ville originale, positionnement original 

A la différence d’un programme d’art public classique, composé de commandes publiques d’œuvres pérennes, de sculptures et d’œuvres ornementales, le nouveau programme d’arts publics de Saint-Nazaire fait le choix d’un positionnement innovant vis-à-vis de l’art public. La collectivité opte ainsi pour un programme d’art social, contextuel, vivant, évolutif, qui a vocation à s’inscrire dans toutes les politiques publiques de la ville. Il ne s’agit donc pas uniquement d’implanter de nouvelles œuvres dans l’espace public mais de construire des expériences et des récits communs qui contribuent au vivre ensemble.
La forte personnalité de Saint-Nazaire, une ville aux nombreux atouts qui ne laissent pas indifférent, l’engage à cultiver sa singularité. Une différence pour jouer la complémentarité avec Nantes, dont le dynamisme culturel est un atout exceptionnel. Une différence également au regard des autres villes moyennes du territoire national souvent bien moins dotées en termes d’équipements culturels et loin d’égaler la qualité de son offre en matière d’art contemporain. 
La Ville s’apprête donc à déployer une stratégie visant à positionner Saint-Nazaire comme une ville en mouvement et un territoire d’expérimentation artistique en lien avec les enjeux les plus contemporains qui traversent les questions d’arts publics.
Il s’agit également de valoriser les œuvres et actions artistiques existantes et d’être attentif à ce qui existe déjà en créant notamment des parcours dans la ville. Des parcours qui relient l’hypercentre, le port, les différents quartiers et les grands paysages de Brière et du littoral.
Son action visera enfin à favoriser l’appropriation citoyenne et à développer la transversalité entre la collectivité et les organismes associés à la mise en œuvre de sa politique culturelle.

Quatre thématiques à expérimenter 

Parce que Saint-Nazaire ne peut se résumer en un mot ou une seule idée et parce que l’art peut adopter des langages et des formes très nombreuses et diverses, la stratégie de déploiement de l’art dans l’espace public nazairien sera mise en œuvre selon quatre thématiques différentes. Ces thématiques sont toutes intimement liées à l’histoire et aux spécificités de Saint-Nazaire : 

  • Tagguer la ville : travailler des questions d’identité et d’appropriation de la ville, inviter à la dérive et à la découverte de la ville, créer de la dynamique, de la surprise et du renouvellement.
  • XXL vs XXS : valoriser le centre-ville, le connecter avec le reste du territoire et les grands espaces. Valoriser le patrimoine notamment de la Reconstruction mais aussi le patrimoine immatériel. Travailler les échelles: du vécu, de l’intimité, du public et celles des grands espaces et du collectif.
  • Art-sciences-environnement : se rendre sensible au vivant, partager et offrir un espace de résonnance aux grands enjeux de notre époque, créer des ponts avec les acteurs scientifiques, techniques et industriels de la ville, mettre en valeur les composantes naturelles  et le rapport de la ville à son environnement, mobiliser une scène artistique et intellectuelle riche et prolixe.
  • Arts & société : travailler les problématiques sociales (sport, jeunesse, éducation), préfigurer la ville et tester les espaces pour enrichir leur programmation, permettre l’appropriation des espaces publics, favoriser le mieux vivre ensemble et créer du « commun ».
     

L’art dans la ville : une affaire commune

La Ville de Saint-Nazaire a souhaité que la mise en œuvre de sa politique en matière d’art public se fasse en cohérence avec sa manière habituelle de procéder. Un cadre fonctionnel, qui permettra de décider de manière collective et transversale, va ainsi être mise en place. 
Il regroupera : 

  • La mission art public de la direction de la culture de la Ville.
  • La communauté arts publics, prolongement du workshop mené par l’agence Cuesta et s’inscrit comme un lieu de définition, de partage et de régulation de la stratégie « arts publics ». Elle réunit les acteurs du territoire, les partenaires, les techniciens et les élu.es concerné.es.
  • Le groupe curatorial « arts publics ». Groupe ressource qui sera composé de trois ou quatre experts qui  accompagneront la Ville et la communauté Arts Publics dans la transcription artistique et esthétique, dans les choix d’artistes invités dans l’espace public de la ville sous la forme de résidence ou d’installation.
  • Les opérateurs (acteurs culturels, DPU, etc.)
     

L’art public est déjà dans la ville 

Plusieurs nouvelles réalisations artistiques sont déjà installées dans la ville ou le seront dans les mois qui viennent. Travail d’un artiste, d’un collectif d’artistes, participation des habitant.e.s, technique mixte, graff, sculpture, sur une architecture ou du mobilier urbain… toutes ces nouvelles propositions répondent à une ou plusieurs des thématiques de la stratégie de la Ville en matière d’art public.     

Lignes de Désirs à la gare 
A l’occasion du réaménagement de la gare SNCF de Saint-Nazaire, la CARENE a sollicité l’artiste plasticien Julien Nédélec pour créer une œuvre unique inspirée aussi bien du lieu que de la Ville et de son histoire. Lignes de Désirs est installée sur l’un des piliers du Pont de la Matte depuis mai 2019. L’œuvre s’inspire des lignes de déplacement, celles non prévues, dessinées par l’homme comme des chemins de traverse, celle des transatlantiques qui contournent les continents pour aller vers des destinations. Une œuvre qui s’inscrit dans l’axe « art XXL vs XXS ».

Eclats sur le port
Les artistes Nathan Crouzet et Bertrand Séguin (dit Anonyme) implanteront leur œuvre Eclats sur le blockhaus Stef du port. L’œuvre Eclats, l’arsenal de mots, joue avec les lumières de la ville, avec le soleil et ses rayons, elle s’inscrit dans une démarche participative puisque les habitants sont invités à concevoir les messages délivrés par Eclats et à fabriquer l’œuvre réalisée avec des brisures de miroir. Une œuvre qui s’inscrit dans les axes « art sciences et environnement » et « art et usages ».
Ce support éphémère d’expression artistique sera mis en place cet été avec la contribution des habitant.e.s. Pour ce projet, la Ville a reçu 27 dossiers de candidatures de la France entière.  

Fresques géantes en centre-ville
Trois façades du centre-ville seront d’ici quelques semaines le support de fresques réalisées par deux grandes signatures du street art : Daleast, artiste chinois vivant à Berlin investira la façade du magasin Bazar Avenue, avenue de la République et David de la Mano, artiste espagnol, investira lui deux pignons de bâtiments de l’avenue Léon-Blum. Proposées en partenariat avec la Galerie parisienne Itinerrance, spécialisée dans le street art à qui l’on doit la « Galerie à Ciel ouvert » dans le 13e arrondissement de Paris, ces trois œuvres seront réalisées au cours de la 2e quinzaine du mois de juillet prochain. Elles s’inscrivent dans l’axe « tagguer la ville ».

 

L’Art dans l’espace public, c’est aussi s’inscrire dans les projets urbains : 

Leferme, boulevard du graff
La Ville de Saint-Nazaire commence le réaménagement et la requalification de nombreux lieux et axes de Méan Penhoët dont le Boulevard Leferme. La collectivité a souhaité y proposer des espaces officiellement dédiés au graff à partir de 2020.

Harmony of the sky, support artistique 
En 2023, à la place de l’actuelle Maison des sports, le programme immobilier Harmony of the sky, accueillera environ 150 logements, des espaces tertiaires et associatifs, dans un bâtiment d’une grande qualité architecturale. La Ville a souhaité que ce site soit le support d’une œuvre qui sera sélectionnée en lien avec l’équipe d’architectes Harmonic+Masson&Associés.

Œuvre à Brossolette 
Pour accompagner la requalification de l’école Pierre-Brossolette et la création d’un multi-accueil, un appel à projet est en cours pour sélectionner un artiste et installer une œuvre lors de la livraison du lieu en 2022.