- Divers

Un nouveau désengagement de La Poste au détriment des habitant.e.s de Saint-Nazaire

Agrandir l'image, .JPG 94Ko (fenêtre modale)

Réaction de David Samzun, maire de Saint-Nazaire :

"Le Groupe La Poste m’a récemment informé, comme il en a l’obligation, d’une modification importante des amplitudes d’ouverture des six bureaux de Poste de la ville. Cette décision unilatérale prendra effet à partir du 10 juin prochain.

Après la fermeture du bureau de Poste Ville-Port en 2017, le Groupe La Poste réévalue à nouveau sa présence à Saint-Nazaire en baissant le niveau de service proposé aux Nazairiennes et aux Nazairiens. Plusieurs bureaux de Poste voient ainsi leurs horaires d’ouverture diminuer ; parfois de moitié comme c’est le cas pour le site de Kerlédé qui, dès cet été, passera de 30 heures d’ouverture par semaine à seulement 18 heures.

Le Groupe La Poste justifie cette décision par une plus faible fréquentation de certains bureaux ces dernières années. Un déclin favorisé par la multiplication les solutions dématérialisées ou via des automates (distributeurs de billets, pick up station…), les partenariats (débitants de tabac, retrait colis petits commerces ou grandes surfaces) et en supprimant la présence des conseillers financiers dans certains des bureaux de Poste comme c’est le cas pour le quartier de l’Immaculée par exemple.

Cette décision locale est le reflet d’une stratégie nationale à l’œuvre depuis plusieurs années. A Saint-Nazaire, comme ailleurs, en ville ou à la campagne, la fermeture des bureaux de Poste, ou la dégradation de leur accessibilité, constituent un recul préoccupant de la présence du service public postal.

Par ailleurs, la réduction des horaires d’ouverture et la limitation des effectifs aux guichets conduisent à des temps d’attente prolongés ainsi qu’à une remise en cause du lien social, générant des tensions, préjudiciables aux usagers et au personnel de La Poste.

Les contraintes économiques et le développement des services numériques ne sauraient justifier à eux seuls cette réduction de la présence du service public : les usagers les plus modestes et précarisés, les personnes âgées et toutes celles et ceux pour qui la numérisation des services est une barrière à l’accessibilité en seront les premières victimes. La numérisation à marche forcée est une source de préoccupations dans l’accès aux droits, tel que l’a souligné le Défenseur des droits dans son récent rapport.

J’ai exprimé aux représentants du Groupe La Poste mon désaccord avec cette décision unilatérale. Je leur ai demandé de la reconsidérer et de mieux prendre en compte la dynamique économique et démographique de Saint-Nazaire et surtout l’accélération de celle-ci. Une attractivité pour laquelle nous œuvrons depuis plusieurs années et qui porte ses fruits aujourd’hui, nous permettant d’accueillir, chaque année, plus de familles qui choisissent Saint-Nazaire aussi bien pour l’emploi que pour sa qualité de vie, qui repose notamment sur la qualité des services publics locaux, dont La Poste fait partie."

David Samzun, maire de Saint-Nazaire.